Togo, la tragédie : Faure Gnassingbé brûle nos marchés
Samedi, 12 Janvier 2013 21:39

Des esprits malveillants ont porté ou tenté de porter ces derniers jours un grand coup à l’économie togolaise. Le samedi 12 janvier 2013, tôt le matin, vers 1 heure du matin, un début de feu est signalé au rez-de-chaussée du complexe abritant le grand marché d’Adawlato (Lomé), communément appelé « Assigamé ».

Et ceci, 48h seulement après celui de la ville de Kara. Deux faits, deux similitudes.

 

La première est que le feu, d’après les témoins sur place, a débuté vers 1 heure du matin au moment où tout le monde dormait. Le feu qui a consumé le marché de Kara, a aussi débuté à 1 heure du matin. La seconde est que le début du feu, commence toujours aux rez-de- chaussée pour se propager dans tout le bâtiment.

Un acte criminel ou un accident dû aux mauvaises installations des conduites électriques ? Nous à tultogo.com, nous privilégions un acte criminel et pour cause.

Lorsque l’Etat togolais pendant des années, a promu des bandits, des milices au sommet de l’Etat, on ne peut qu’assister à des actes de vengeance ou de pression lorsque ceux-ci se sentent en difficulté. Car n’est pas qui, qui peut aller à Kara commettre un acte criminel de la sorte. La personne ou le groupe de personnes qui a fait ça, doit surement connaitre les lieux. Faure Gnassingbé doit dire la vérité au peuple togolais pourquoi nos marchés brûlent ? Car la moindre des choses, c’est quand le marché de Kara avait pris feu, la sécurité devrait être renforcée autour des autres marchés jusqu’à ce que les enquêteurs finissent d’identifier les causes de cet acte. C’est ce que l’on appelle: mesure de précaution.

L’intensité de la flamme qui a consumé le grand marché est telle que nos services de sapeur-pompier dépourvus de moyens, sont impuissant devant la flamme. Il a fallu l’intervention de « Ghana National Fire Service » d’un petit village (Denu) frontalier du Togo pour arriver à bout du feu qui consumait Adawlato.

Le marché d’Adawlato a fait le prestige du Togo et ses commerçantes ont pendant des années, fait connaitre le pays au monde entier par ces infatigables « Nana Benz ». En hommage à celles-ci, le chanteur togolais King Mensah, leur avait dédié une chanson.

D’habitude, aux alentours du marché d’Adawlato, dormaient des portefaix venus des campagnes du Togo pour une place au soleil. Pourquoi ceux-ci n’ont-ils rien aperçu d’inhabituel ?

Au Togo, les enquêtes sont souvent ouvertes mais on ne sait jamais quand elles se referment, pour faute de résultat.

Le pouvoir du Togo doit rapidement éclairer et dédommager ces pauvres femmes qui ont mis des années à construire une existence. Les auteurs de ces actes criminels doivent être arrêtés et traduits devant la justice.

Xavier Nougblega pour tultogo.com

@Tout ce qui reste après le passage du feu

@ Même les services de secours de l'aéroport de Lomé n'ont pu rien fait devant l'intensité du feu

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

LAURENT GBAGBO : LA FORCE D´UNE CONVICTION

photo
  • photo

    Vient de paraître

    Une comédie sous les tropiques : Le commandant Steven est un jeune homme qui a eu un destin excetionnel, Né à Elom, une petite ville sans histoire

    Lire la suite Photo : flickr
  • photo

    Afrique : Bientôt dans les fers

    A voir l´évolution de l'histoire du monde, il ne serait ni idiot ni inutile de se poser la question de savoir si, un jour plus ou moins lointain, les Africains

    Lire l'article Photo : flickr
  • photo

    Retour de la Constitution de 1992

    La modification unilatérale de la Constitution par le RPT en 2002 a plongé le Togo dans une tourmente indéniable. Si les Togolais doivent attendre du parti au pouvoir qu´il engage

    Lire l'article Photo : flickr
www.flickr.com

Agbadja: chanson du terroir

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 


© tultogo.com tous droits réservés. Site devéloppé par Cauris web, term of use